.



Bienvenue chez moi.
Je vous y montre mes collections diverses, et les poésies et contes que j'aime.
N'hésitez pas à me laisser vos commentaires.
Vous pourrez voir mes collections et broderies déjà publiées sur mon ancien blog ICI

vendredi 16 mai 2014

Broderie triskell



En début d'année, je vous avais montré la broderie que j'avais commencé, comme le veut la tradition des brodeuses, le 1er janvier, un triskell d'après une grille gratuite de Jean-Louis Grandsire, sur broderie.net





La voilà aujourd'hui finie. C'est un triskell formé avec toutes les lettres de "BREIZH", brodé sur une toile Aïda 7 grise

Je n'ai pas fait le fond où était écrit plein de fois Bretagne, je trouvais que ça aurait fait trop chargé
Je compte l'encadrer plus tard avec un cadre dans les tons bleus.





Un conte breton pour accompagner ma broderie. Il est un peu long, mais je le laisserai plusieurs jours, si vous voulez le lire en plusieurs fois !



                                 Le vendeur de larmes


Le bonhomme Gourgon La Pie courait les chemins de Basse-Cornouaille, d'une ferme à l'autre, avec toute sa boutique pendue au cou, un coffret de bois léger rempli de pacotille à deux sous pour entretenir la vanité des filles. Gourgon ouvrait la barrière de la cour aux heures où les hommes se trouvaient aux champs et il chantait clair, sur les aboiements du chien :

-"Voilà le gars aux épingles ! Tête noire, tête blanche, tête de nacre, tête à fer...tête à fer...mer !"

Le plus souvent, il était le bienvenu, Gourgon, bien qu'il gagnât plus de billon que de pièces de cent sous. Un homme de bonne façon, ma foi, et qui avait quelques fortunes dans sa boîte puisqu'elle contenait, outre les épingles, toutes sortes de liettes et de rubans, de fils et d'aiguilles. Et toujours ses affaires allaient de mieux en mieux. Il en était venu à vendre du papier à écrire, comme un marchand des villes, et pourtant il ne savait pas lire. Parfois même, il avait avec lui jusqu'à une douzaine de petits miroirs ornés, par-derrière, du portrait des filles du cinéma. Ceci pour vous dire que le bonhomme Gourgon n'était pas un méprisable vagabond, mais bien près d'être un monsieur parmi les gens modestes. Et il devint un monsieur pour de bon après le jour où il lui arriva de vendre ses larmes.

Gourgon passait par une certaine bourgade, en Cornouaille, quand il avisa un linge blanc fixé au-dessus d'une porte de maison et deux rubans de velours noir en croix dessus pour faire savoir qu'il y avait un corps défunt à l'intérieur, attendant le cercueil. Comme il était un homme respectueux, Gourgon décida d'entrer pour dire un pater à l'intention du mort avant d'aller plus loin. A peine avait-il mis les pieds par-dessus le seuil qu'il entendit le bruit des conversations et des rires. La salle était bourrée de gens en habits de deuil, occupés à parler entre eux à haute voix comme s'ils étaient sur un champ de foire ou dans l'attente d'un cortège de noce. Pourtant, le corps était étendu sur le lit, un vieillard aux cheveux gris et à la mine renfrognée.

-"Tonnerre, confia Gourgon à son chapeau, je suis tombé ici au milieu d'animaux sauvages. Comme ils sont sans vergogne, ces gens !"

Le gars des épingles s'approcha du corps et s'agenouilla pour prier, après une aspersion d'eau bénite. Ce que voyant, les autres assistants firent silence d'un seul coup. Sa prière terminée, Gourgon cherchait la porte quand il sentit une main qui le tirait par le veston. C'était une femme, une pièce de femme toute sèche, complètement enveloppée d'un manteau de deuil, et qui le tira du côté de l'âtre :

-"Je ne vous connais pas, mais vous êtes un homme de bonne conduite, d'après ce que je vois."

-"Je le suis sûrement, répondit Gourgon d'une voix sévère. Mais j'ai peur d'être le seul dans cette maison."

-"Avant de vous choquer, écoutez plutôt, dit-elle. Le mort est mon père. Pendant sa vie, il n'a jamais fait aucun bien à personne, ni fréquenté le moindre chrétien né. Tirer à lui et garder pour lui le plus possible, oui, pour cela il était le premier, et bien loin devant le second. Et maintenant, regardez! Le voilà mort et on ne trouve personne pour le regretter, personne pour pleurer son corps. C'est une pitié."


-"Une pitié ? Pourquoi ne pleurez-vous pas, vous qui êtes sa fille ?"

-"Hélas, il m'a tant fait pleurer pendant qu'il était vivant qu'il ne me reste pas une goutte d'eau pour sa mort. C'est pourquoi je vous demande de suivre l'enterrement près de moi et de verser des larmes entre l'église et le cimetière. En voyant votre douleur, les autres se tiendront tranquilles. Autrement ils sont capables de danser la gavotte derrière le corbillard. Ce serait une honte."

-"Ma pauvre femme, je dois aller vendre mes épingles."

-"Vous ne perdrez pas votre temps. Je vous donnerai deux écus et la nourriture."

-"C'est bien, dit Gougon, pour deux écus, vous aurez de la pluie en abondance."

Et Gourgon La Pie suivit le corps en répandant de lourdes larmes pour gagner sa journée.

Ecoutez maintenant le meilleur : pendant qu'il tirait de l'eau de son corps, il songeait combien il est terrible de mourir sans personne pour vous regretter, combien les gens sont mauvais les uns avec les autres et combien il est malhonnête de...feindre la douleur pour deux écus d'argent. Si bien qu'à la fin, le marchand d'épingles pleurait pour de bon sur l'humanité et sur lui-même.
Il pleura tout au long du chemin entre la maison , l'église et le cimetière, il pleura de plus belle en revenant pour le repas de funérailles. L'assistance fut si frappée à la vue de tant de larmes que personne n'eut le courage de goûter le pot-au-feu jusqu'au moment où la fille du mort vint proposer deux autres écus au pleureur pour le décider à sécher ses yeux et à laisser manger le monde.

Après ce jour-là, Gourgon marcha sur la route de la richesse. Un homme qui a trouvé preneur pour ses larmes est capable d'aller vendre au Diable des cornes neuves.


Pierre-Jakez Hélias (livre contes bretons)














42 commentaires:

  1. coucou Brigitte
    Je reviendrai certainement lire ton conte un peu plus tard car là il y a des courses à faire !!!
    la broderie est très jolie,juste peut être une fois le mot Bretagne !! pour les ignorants !!! lol
    gros bisous et belle journée sous le soleil
    MITOU

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense que tout le monde sait que Breizh, c'est Bretagne? Enfin, je crois, peut-être pas !! Tant pis !
      gros bisous. le soleil est enfin là aussi, c'est l'été depuis hier !
      Bonne soirée

      Supprimer
  2. Bonjour Brigitte
    Super ce triskell ! Pas si évident que ça à faire.
    Je trouve que Gourgon même si c'est un homme qui pourrai vendre n'importe quoi à n'importe qui, vraiment c'est un homme bien. Tu vois , j'ai tout lu. Pas si long que ça ce conte.
    Merci pour ce bel article.
    Bonne journée. Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Charmille. Je vois que tu as bien tout lu !
      gros bisous et bonne soirée

      Supprimer
  3. coucou



    me voilà arrivée en bretagne , mais entre le jardin ou beaucoup de fleurs sont mortes , les plate-bandes débordantes de mauvaises herbes et la maison qui a souffert de l'humidité particulièrement présente cet hiver , je ne sais pas si ce sera vraiment des vacances


    bisoussssss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien choisi ton moment, il fait un temps magnifique depuis hier !
      Bon courage et bonnes vacances quand même !

      Supprimer
  4. Coucou Brigitte,
    Ta broderie est superbe et représente un sacré travail ! tu as eu raison de ne pas broder Bretagne en fond et les bleus sont magnifiques.
    Quel conte ! la méchanceté peut aller loin !!! j'en sais quelque chose ! ... Gourgon est bon et a eu pitié, le pardon n'est pas toujours facile loin de là
    Belle journée & gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Laure, j'ai bien aimé le faire
      non hélas, ce n'est pas facile de pardonner
      gros bisous et bonne soirée

      Supprimer
  5. Merveilleuse broderie, tu as des doigts de fée. Même si ce conte est long on le lit d'un trait car il nous tient en haleine jusqu'à la fin.
    Je te souhaite un très bon week-end printanier. Bisous du vendredi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente que ça t'ait plu MC.
      Très bon week-end à toi aussi, ici aussi le temps est même estival !
      bisous

      Supprimer
  6. Magnifique , ta broderie , j'aime beaucoup ce style.
    J'aime cet auteur, je connaisais ce conte que je relis avec grand plaisir.
    Belle soirée, bises Lilwenna

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci erato
      J'aime beaucoup aussi cet écrivain breton, j'en ai plusieurs livres
      bises et bonne soirée

      Supprimer
  7. Super ton triskel, j'adore, bizzzzzzzzz

    RépondreSupprimer
  8. très originale, cette broderie en forme de triskel, les bretons aimeront;
    bonne soirée, lilwenna

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Yvon. Symbole bien breton !
      bonne soirée

      Supprimer
  9. Ouiiii, c'est très joli, j'aime beaucoup les tons bleus. Tu ne peux pas cacher que tu aimes ta Bretagne, et tu as bien raison :o)

    RépondreSupprimer
  10. Ta broderie est très jolie comme ça ..!!
    Belle soirée !

    RépondreSupprimer
  11. Ta broderie est très belle Lilwenna, tu as des doigts de fée.

    merci pour tes sympathies, cela m'a touchée.

    bonne journée et à bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. de rien Nadia, j'espère que tu vas bien
      bonne journée

      Supprimer
  12. Une très belle broderie ! je ne connaissais pas cette tradition des brodeuses
    Bon week end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai appris il y a peu. Il faut commencer un ouvrage le 1er janvier !
      bonne soirée

      Supprimer
  13. coucou
    bon samedi
    bisousssssssssssssss

    RépondreSupprimer
  14. Une très belle technique qui allie aussi la tradition
    Bon samedi

    RépondreSupprimer
  15. voilà, je viens de lire le conte; P-J Héliaz.... il m'a fait découvrir la Bretagne lui aussi. bon w-e!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. As-tu lu le cheval d'orgueil ?
      bonne soirée

      Supprimer
  16. Ta broderie est très belle :) et j'ai tout lu le conte bien c'est sûr que vendre ses larmes faut le faire mais il n'est pas si mauvais cet homme ! restons positifs lol :) bon week-end merci moi aussi j'aime le rose :)) Bisous Mary

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non, il n'est pas mauvais
      Toi aussi tu aimes le rose !
      bisous

      Supprimer
  17. Magnifique hommage à ta région , ta broderie est superbe ! un grand bravo Lilwenna !
    Bisous et belle soirée

    RépondreSupprimer
  18. jolie comme tout cette petite broderie. ha ben, si les larmes viennent en pleurant ... Vrai que de penser négatif finit bien par faire pleurer même si on est payé pour comme cet homme ! comme quoi il vaut mieux être positif.
    bisous, belle semaine à toi
    Sylvie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaut mieux ne pas pleurer du tout, c'est mieux c'est sur !
      bises et bonne fin de semaine

      Supprimer
  19. un petit coucou pour te souhaiter une bonne journée sous la pluie, hélas, Lilwenna;;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. après un week-end estival, cette semaine n'est pas franchement belle ! Et il fait plus froid aujourd'hui !

      Supprimer
  20. Ta broderie est ravissante! Et j'ai bien aimé le conte, je ne crois pas que je serais capable de pleurer sur commande! Mais bon, il pleure réellement par la suite!
    Gros bisous ma belle!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Anne. Moi non plus, je ne suis pas assez comédienne !
      gros bisous

      Supprimer
  21. Je ne connaissais pas ce conte... il est magnifique. J'ai beaucoup aimé.
    Il faudra que je regarde dans ma bibliothèque je suis sûre d'avoir déjà lu cet auteur, mais je ne me souviens plus comment.
    Bisous et douce journée. Tes broderies sont toujours magnifiques, j'admire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis contente que tu aimes Quichottine. C'est un auteur breton qui a écrit beaucoup de contes. Il est aussi célèbre pour son livre "le cheval d'orgueil" qui raconte la vie d'une famille bigoudène au début du XXè siècle, c'est peut-être ça que tu as lu
      merci pour les compliments !
      bisous et bonne soirée

      Supprimer