.



Bienvenue chez moi.
Je vous y montre mes marque-pages, mes broderies, quelques photos, et les poésies et contes que j'aime.
N'hésitez pas à me laisser vos commentaires.
Vous pourrez voir mes collections diverses et broderies déjà publiées sur mon ancien blog ICI

lundi 10 mai 2021

Fleurs de cerisiers


Je reprends le chemin de la blogosphère. J'ai bien profité de ma fille et de ses 2 petits bouts. Que du bonheur ! Le petit, dont on a fêté les 1 an, retrouve sa nounou cette semaine, et son grand frère la maternelle. La maison est bien calme et vide !
Ils me manquent déjà. Quel dommage qu'ils n'habitent pas plus près !

 


Quelques fleurs de saison

 

 

                      Cerisiers

 

Nous irons au printemps par les jardins
Regarder fleurir les cerisiers
Blancs et ronds comme des bouquets de mariées
Nous sentirons leur parfum au matin
Quand le soleil réchauffe les gouttes de rosée
Ils ont l'odeur poivrée
Du pain d'épices et celle sucrée du miel
Nous parlerons aux abeilles qui viennent les butiner
Ils sont beaux contre le bleu du ciel
Tu me tiendras la main et nous irons
Dans les chemins voir fleurir le mai dans les haies
Et les fleurs au rose si pâle de l'églantier

 

Laure Bachelier (poesie.webnet) 

 


                                Bonne semaine !




 

 

 

jeudi 29 avril 2021

Le muguet du 1er mai

 

Je serai moins disponible cette semaine et la semaine prochaine pour passer faire une visite chez les blogueuses, devant m'occuper de mes 2 petits-fils nantais, la nounou étant indisponible. Ma fille est venue chez moi, avec son attestation garde d'enfants, et pendant qu'elle télé-travaille, je m'occupe de mes petits bouts.

 

Mais comme le week-end prochain, c'est le 1er mai
cette petite fée brodée m'accompagne pour vous souhaiter plein de bonheur !


Brodée sur une toile murano d'après une grille gratuite trouvée il y a déjà longtemps sur le blog de chezmounette.blogspot.com

 



Le muguet du premier mai

Il sort le bout de son nez
Quand arrive le mois de mai.

Le muguet, le muguet,
Le muguet du premier mai.

On le cueille dans la forêt
Pour en faire un gros bouquet.

Il est toujours bien venu
Et fleurit au coin des rues.

C'est un vrai porte-bonheur
C'est la plus jolie des fleurs.

Je l'ai mis dans le salon
Il parfume la maison.

Le muguet, le muguet,
Le muguet du premier mai.

Anny et Jean-Marc Versini

 


                                              Joyeux  1er mai !


 

 

 


jeudi 22 avril 2021

Bretonne et Breton


En 2017, avait eu lieu au musée  breton de Quimper, une exposition sur de vieilles affiches touristiques bretonnes. Ces deux marque-pages sont tirés de deux de ces affiches

 

La bretonne, de la région de Douarnenez (recto-verso)


 

l'affiche



le breton (recto-verso)



l'affiche




                                           L'alliance

Bréhat, ses falaises et ses rochers de granit rouge, Bréhat découpée par la mer dans une langue de terre.
Une femme sur la falaise. Elle regarde au loin les récifs déchirés, luttant contre l'écume. Elle songe à son mari. Cela fait si longtemps qu'il est parti !
Parfois, les larmes lui viennent aux yeux. Elle ne veut pas que la mer le lui prenne, elle veut qu'il revienne, parce qu'elle l'aime, elle l'aime plus que tout au monde.

Ses voisines tentent de la raisonner :
-Rester sur la falaise, dans le vent et le froid, ne fera pas revenir ton mari plus vite, Marie.

Mais Marie Cornic n'écoute pas. Elle n'entend que le vent et la mer. La mer et le vent.
-Rentre chez toi Marie. Attendre n'est point bon. Il faut t'occuper et ne penser à rien.

Ne penser à rien, Marie ne pourrait pas. Son époux demeure au fond de son coeur, et elle ne sait que prier en l'attendant. Chaque matin, elle se rend à la messe, pour supplier Dieu de protéger son époux, chaque soir, elle va sur la falaise, pour demander à la mer de le lui ramener.

-Tu aimes trop ton mari, lui dit sa mère, ce n'est pas raisonnable. Il faut savoir ne point trop s'attacher, pour supporter l'existence.
La mère le sait, elle qui a vu écrire sur le monument des "péris en mer" le nom de ses deux garçons en-dessous de celui de leur père. Marie hoche la tête et ne répond pas.

Une nuit, Marie se réveille en sursaut au son des cloches. Mon Dieu, se dit-elle, je suis en retard à la messe.
Elle saute de son lit et s'habille vivement, puis elle court vers l'église. Elle ouvre la porte et s'arrête, stupéfaite : la nef est pleine de monde.

Marie a honte d'être arrivée si tard. Elle se glisse au dernier rang, près d'une femme qu'elle n'a jamais vu, et se joint aux prières. Mais peu à peu, elle se sent mal à l'aise : tant de monde dans l'église, malgré le froid et la nuit ? Le prêtre qui dit la messe, elle ne le connait pas. Elle regarde autour d'elle, et ne voit pas un visage familier. Elle se sent un peu effrayée. Elle baisse la tête vers son missel et se met à prier.

Mais bientôt, il se fait un mouvement dans l'église. On entend des bruits métalliques. Le quêteur ! Le bruit, c'est celui des pièces sur le grand plateau d'argent. L'homme qui fait la quête se fraye un passage à travers la foule en criant :
-Pour l'Anaon ! Pour l'Anaon ! (les âmes du purgatoires)

Il approche de Marie, il va être là. Fébrilement, Marie fouille dans ses poches, mais elle ne trouve pas un sou : elle est partie si vite de chez elle qu'elle a oublié ses pièces.
-Pour l'Anaon, répète le quêteur d'un air menaçant.

Marie se sent très malheureuse. Elle ne connait pas ce quêteur, elle ignore qui il est. L'homme qui passe d'ordinaire avec le plateau ne lui ressemble pas du tout.
-J'ai...oublié de prendre de l'argent, souffle-t-elle.
-On ne vient pas à l'office sans obole pour les âmes défuntes, gronde le quêteur. Donnez ce que vous avez.
-Je...n'ai rien...bredouille Marie morte de honte.
-Vous avez votre alliance.

Affolée, les mains tremblantes, Marie retire son alliance et la pose sur le plateau. Puis elle se sent faiblir. Elle tombe à genoux et enfouit son visage dans ses mains.

C'est ainsi qu'à six heures du matin, le recteur la trouve, agenouillée en pleurs dans son église.
-Que faites- vous ici Marie ?
-Je...j'assiste à la messe, monsieur le recteur...

Et à travers ses larmes, elle regarde autour d'elle : l'église est vide, il n'y a plus personne.
Alors, elle raconte au recteur ce qui lui est arrivé.
-C'est un mauvais rêve, console-t-il, nous allons retrouver votre alliance.
Et comme il se redresse, il voit que l'alliance est posée sur l'autel. Sa main tremble un peu quand il la rend à Marie.
-Je vais prier, dit-il simplement.

Deux semaines plus tard, on apprit que le bateau sur lequel se trouvait l'époux de Marie avait disparu en mer, et qu'il n'y avait aucun survivant. Le naufrage s'était produit à l'heure de cette étrange messe. Et c'est au moment où le quêteur avait obligé Marie à déposer son alliance sur le plateau que l'homme qu'elle aimait remettait son âme à Dieu.

 

Livre "Contes traditionnels de Bretagne" Evelyne Brisou-Pellen












lundi 19 avril 2021

Tulipes

 


 Quelques tulipes aujourd'hui avec ce marque-page

 


 

                     La tulipe

Bel astre à qui je dois mon être et ma beauté,
Ajoute l'immortalité
A l'éclat non pareil dont je suis embellie;
Empêche que le temps n'efface mes couleurs;
Pour trône, donne-moi le beau front de Julie;
Et, si cet heureux sort à ma gloire s'allie,
Je serai la reine des fleurs.

Pierre Corneille

 


Je pensais aller voir début avril les champs de tulipes à la Torche (Je vous ai plusieurs fois parlé de ces cultures de jacinthes et tulipes dans le sable, qui donnent plein de champs colorés)

Mais le confinement m'a prise de court, et là aussi , c'est juste un peu plus loin que les 10 kms ! 

Aussi je vous montre quelques-unes de mes  anciennes photos des champs de tulipes



 Et pour le plaisir, un champ de jacinthes


                                           Bonne semaine !

 

 

 

 

 

jeudi 15 avril 2021

Broderie fruits

 

 


 

 LAURE m'avait envoyé ce kit de broderie pour mon anniversaire en janvier: un marque-page de fruits à broder

 


 


Merci Laure !


 

Et voilà, je l'ai brodé !

 

 

Un tissu était fourni pour le verso


 

 

      Prénoms et fruits

Pour amuser les enfants,
J'ai des fraises pour Thérèse,
Des cerises pour Maryse,
Des framboises pour Françoise,
Des oranges pour Solange,
Et des poires pour Victoire.

Pour Anne, j'ai des bananes,
Pour Line, des mandarines,
Pour Annette, des noisettes,
Pour Fortune, j'ai des prunes,
Et pour Benoit, j'ai des noix.

J'ai du raisin pour Alain,
Pour Léon, j'ai du melon,
Pour Rico, des abricots,
Pour Bruno, j'ai des pruneaux,
Et pour Jérôme, des pommes.

Pour les autres, je n'ai rien.
Partageons ! Ce sera bien !


Suzanne Walther-Siksou (poesie.webnet)

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lundi 12 avril 2021

Bénodet

 

Je vous ai montré dans le dernier article la rivière Odet, qui passe dans ma ville, Quimper, et se jette dans la mer à Bénodet. 



C'est l'occasion de publier mon marque-page de Bénodet, petite station balnéaire finistérienne de 4 000 habitants (l'hiver !)


recto


 verso


                 

                      Bénodet

Je vous aime ce soir où monte la marée
Bateaux de Bénodet à la voile azurée
Pêcheurs de Loctudy dont les filets d'azur
Se confondent avec la mer et le ciel pur
Cependant que l'Odet bleu comme une prière
Pâlit et que là-bas chaque phare s'éclaire

                      L'Odet
   Est la plus bleue et la plus claire
                     Rivière

Loin de la guerre atroce et des coups de canon
Bénodet ne sait pas celle-là qu'il préfère
La mer aux mille écueils ou sa tendre rivière
L'Odet plus douce encore que ne sonne son nom

Mais le temps passe il faudra bien que tu t'en ailles
Laissant Quimper et le Comté de Cornouailles

Guillaume Apollinaire

 

(Guillaume Apollinaire, sous-officier d'artillerie, a été grièvement blessé en 1917, et viendra à Bénodet pour sa convalescence en août 1917) 


la plage principale






l'embouchure de l'Odet


en face le petit port de Sainte Marine



le pont routier sur l'Odet et le port de plaisance



Les vedettes de l'Odet font le "voyage" sur l'Odet entre Quimper et Bénodet, et envoient aussi jusqu'aux iles des Glénans au large

 

Vous pouvez apercevoir les iles Glénans au large sur cette photo (clic sur la photo)



Malheureusement, la côte est maintenant à plus de 10 kms de mon rayon de sortie ! Pas de beaucoup, mais trop loin quand même ! 20kms ça aurait été bon !








jeudi 8 avril 2021

L'Odet

 

Je vous envoie aujourd'hui faire une balade le long de la rivière quimpéroise, l'Odet. 

Comme d'habitude, vous pouvez cliquer sur les photos pour les voir en plus grand

 

carte postale

L'Odet est une rivière de 62 kms, qui prend sa source à Saint-Goazec en Centre-Finistère. Elle passe, entre autres, dans ma ville de Quimper, et va ensuite se jeter dans la mer à une vingtaine de kms de là, entre Bénodet et Sainte Marine


L'Odet au centre de Quimper. De nombreux ponts et passerelles l'enjambent



L'Odet à la sortie de Quimper




Certains endroits de la rivière entre Quimper et la mer sont accessibles pour de jolies balades. C'est le cas à la cale de Rossulien, où il y a une belle balade boisée le long de la rivière
On accède à la promenade par un joli moulin



 


Ce moulin du XVIIIème siècle a été restauré, et a été remis en marche en 2020 par une équipe de nombreux bénévoles, et produit maintenant sa propre farine

On y découvre ainsi les différents éléments (engrenages, trémie, meules) qui permettent la production de plusieurs sortes de farines. (L'intérieur n'est pas ouvert tout le temps, car tenu par des bénévoles)

 

Puis nous continuons vers la rivière

Des bateaux sont au mouillage






Sur le chemin




Cette partie de l'Odet entre Quimper et la mer, aux rives boisées, est soumise à l'influence de la marée et est navigable, et a attiré depuis des siècles beaucoup de familles aristocratiques et industrielles qui se sont fait construire de nombreux manoirs et châteaux avec vue imprenable sur la rivière. Hélas, ces châteaux sont privés, ou réservés pour des fêtes et mariages (Je dis hélas, car j'aime visiter les châteaux !)

comme le château de Lanniron à Quimper


et ici à Rossulien, le château de Kerambleiz



Un rocher d'environ 12m de haut (sur la droite de la photo) surplombant l'Odet est appelé le Saut de la Pucelle. On raconte qu'une jeune fille poursuivie par un vilain moine, préféra se jeter dans l'Odet à cet endroit plutôt que de perdre son honneur. Le rustre voulut faire de même et se noya. Il est dit qu'une main surnaturelle permit à la jeune fille de rejoindre l'autre rive

 


 Suivant où on se trouve, l'eau passe du bleu au vert


et les remous de la marée se font sentir

 



Quelques bateaux passent, se dirigeant vers la mer




 Un dernier regard sur la rivière avant de rejoindre la voiture